juillet 2017
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
26 juin 2017 27 juin 2017 28 juin 2017 29 juin 2017 30 juin 2017 1 juillet 2017 2 juillet 2017
3 juillet 2017 4 juillet 2017 5 juillet 2017 6 juillet 2017 7 juillet 2017 8 juillet 2017 9 juillet 2017
10 juillet 2017 11 juillet 2017

Catégorie: Syndicats15:00: CMP

15:00: CMP
12 juillet 2017 13 juillet 2017 14 juillet 2017 15 juillet 2017 16 juillet 2017
17 juillet 2017 18 juillet 2017 19 juillet 2017 20 juillet 2017 21 juillet 2017 22 juillet 2017 23 juillet 2017
24 juillet 2017 25 juillet 2017 26 juillet 2017 27 juillet 2017 28 juillet 2017 29 juillet 2017 30 juillet 2017
31 juillet 2017 1 août 2017 2 août 2017 3 août 2017 4 août 2017 5 août 2017 6 août 2017

Connexion

Dolby Atmos
25 novembre 2015

Compte-rendu de la réunion de l’atelier « ATMOS » du 24/11/2015

 

Étaient présents : Alexis Marzin,  Corvo Lepesant-Lamari, Matthieu Dellaporta, Jean-Pierre Laforce, Maxime Roy, Michel Mo Florent denizot (étudiant de Louis Lumière).

 

Étaient excusés: Christinel Sirli, Maxence Dusserre, Olivier DôHùu, Thierry Lebon, Matthieu Tibi, Mélissa Petitjean, Léonard Accorsi, Charles Bussienne.

 

 

Jpl présente Florent qui fait son mémoire de fin d’études sur le Dolby Atmos et a été invité à ce titre.

 

Jpl fait un point sur la participation de Dolby à l’atelier. Il a été proposé à Dolby de payer les repas pour les deux jours. Cela se monterait à 500€ par atelier sur la base de douze personnes (4 intervenants + 8 participants). Sachant que l’on peut évaluer à 4 le nombre de ces ateliers pour couvrir la demande que l’on estime globalement autour de 30 participants.

Jpl fait un point concernant la relation avec Raphaël Sohier (avec qui Florent est aussi en contact). Raphaël a été contacté mais n’a pas répondu à ce jour, sur l’avancement de l’atelier Atmos version AFSI.

Il était convenu que nous nous informerions de l’état d’avancement de nos ateliers respectifs afin de voir s’il était possible de n’en faire qu’un ensemble.

A ce jour Raphael a eu communication de notre programme donc la balle est dans son camp.

 

Florent nous explique le contenu du plan de son mémoire qui est en réflexion.

Il s’ensuit une longue discussion informelle alimentée par Michel sur l’état du parc des salles, sur l’émergence de formats concurrents (DTSX, Auro3D, MDA, etc…) et ce que cela implique sur la transportabilité de nos mixages, sur la pratique qui peut s’avérer finalement simple etc…

 

Nous décidons de tenter d’organiser chaque atelier Atmos sur la base de 8 participants max et 4 intervenants max à définir plus précisément mais dont l’un deux sera obligatoirement Francis ou Dominique, et Alexis).

 

Nous décidons d’organiser un doodle pour la prochaine réunion où il serait souhaitable que celle ou ceux qui n’ont pour l’instant jamais participé à l’atelier viennent y faire un tour.

 

Fin de la réunion.

Actualités
15 novembre 2015

L’Assemblée renforce le crédit d’impôt pour les séries et téléfilms, en plus du cinéma

Les députés ont adopté un amendement porté par le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, et le président de la commission des Affaires culturelles, Patrick Bloche (PS), qui relève le taux du crédit d’impôt – une somme soustraite du montant de l’impôt qu’une entreprise ou qu’un particulier doit payer – pour les oeuvres de fiction françaises (séries, téléfilms…) à 25%, contre un « taux réel » inférieur à 10% actuellement, et réévalue son plafond. « Le secteur est en pleine expansion mais les jours de tournage ont diminué l’année dernière » en France, compte tenu de la « féroce compétition » des pays étrangers, a expliqué M. Le Roux, citant l’exemple de la saison 2 de la série « Versailles », dont le tournage se ferait de façon « incompréhensible » hors de l’Hexagone.

« La filière est fortement créatrice d’emplois » et, selon une étude du centre national de la cinématographie (CNC), « pour un euro de crédit d’impôt audiovisuel versé, 12,9 euros de dépenses sont réalisées dans la filière audiovisuelle et 3,6 euros de recettes fiscales et sociales sont perçues par l’État », rappelle l’exposé des motifs de la mesure. Le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, s’en est remis au vote de l’Assemblée sur cet amendement, dont le coût n’a pas été évalué.

Le député Les Républicains, Frédéric Lefebvre, s’est prononcé pour, jugeant qu' »il faut investir massivement pour la fiction ». L’Assemblée a aussi validé le renforcement du crédit d’impôt cinéma, inscrit dans le projet de loi de finances. Il pourra bénéficier à des oeuvres impliquant l’usage d’une langue étrangère pour des raisons artistiques. De plus, le taux du crédit d’impôt sera porté à 30% (au lieu de 20 à 25% avant) pour les films en français, ainsi que les films d’animation et les fictions à forts effets visuels sans usage obligatoire du français.

En outre, le plafonnement de l’ensemble des crédits d’impôt pour une même oeuvre sera porté de 4 à 30 millions.

La députée socialiste Karine Berger a tenté en vain de faire supprimer l’élévation du crédit d’impôt pour les fictions comportant au moins 15% de plans avec effets spéciaux, au nom de la défense de la culture française liée à l’usage de la langue française selon elle. Charles de Courson (UDI) a pour sa part demandé la suppression de ces nouvelles mesures de soutien au cinéma.

« C’est un système massivement subventionné, est-ce qu’il faut continuer ? », a-t-il interrogé.

 Article du Film Français transmis par Cristinel Sirli

 
Communiqués
15 novembre 2015

Invitation à l’assemblée générale extraordinaire du 18 novembre 2015

Une assemblée générale extraordinaire se tiendra le 18 novembre 2015 à 20h à la salle Demy (1er étage) de la FEMIS. Elle sera l’occasion de vous informer des travaux entrepris par notre association mais aussi d’échanger les idées et les point de vues. Un pot viendra conclure la soirée. Nous espérons vous y voir nombreux.

Ordre du jour :

– Compte rendu des actions menées par l’ADM depuis sa création.

– Etat des discussions en cours avec les syndicats de techniciens.

– Appel à candidature et vote pour le remplacement des 2 membres démissionnaires du C.A (Cédric Lionnet et Stéphane Thiebault )

– Vote pour l’adoption de notre Logo

– Relation avec l’AFSI

– Résumé des différents rendez-vous avec le CNC et autres démarches concernant les délocalisations et l’attribution des points d’agrément.

– Discussion sur le texte interne « Annexe 3 » envoyé à tous les adhérents.

– Etat d’avancement des différents ateliers lancés lors de la dernière assemblée générale.

– Appel à candidature pour la rédaction de la newsletter du l’ADM, en relation avec un membre du Bureau ou du CA , afin de mieux faire circuler l’information entre le CA et les adhérents.

– Parole aux adhérents.

Petit rappel statutaire :

L’A.G ne pourra statuer qui si un tiers des adhérents sont présents ou représentés (vote par procuration).

 

Le Conseil d’Administration

Dolby Atmos
6 novembre 2015

Compte-rendu de la réunion de l’atelier « ATMOS » du 05/11/2015

 

Étaient présents: Maxence Dusserre, Alexis Marzin, Thierry Lebon, Corvo Lepesant-Lamari, Christinel Sirli, Matthieu Dellaporta, Jean-Pierre Laforce, Léonard Accorsi, Charles Bussienne.

Étaient excusés: Olivier Dô Hùu, Maxime Roy, Matthieu Tibi, Mélissa Petitjean.

 

– Nous avons parcouru le projet d’atelier élaboré par Alexis aidé de Jean-Pierre.

 

– Ce programme semble très dense et il est donc impensable de le parcourir en deux jours.

Christinel insiste sur le fait que l’esprit de l’atelier (qui est : découverte et initiation à l’Atmos) doit donner envie aux participants de se lancer dans ce format et que pour cela il n’est pas forcément nécessaire d’explorer toutes les arcanes du système et la lourdeur du workflow mais plutôt d’insister sur les possibilités sensoriels (arrières full band) et la simplicité d’utilisation qu’offre le système.

Bref cet atelier, s’il remplit sa mission, doit démythifier l’exploitation de ce nouveau format et permettre de proposer ce format aux productions sans appréhension tout en étant convaincu de son intérêt.

 

– Le nombre de participants, pour des raisons évidentes, sera limité au maximum à 8, 6 serait l’idéal. Il sera donc indispensable de reproduire l’atelier dans d’autres audis Atmos (Cinéphase, Ink, Red Mountain…)

 

– Il est question de la relation de l’atelier avec Dolby et l’Afsi.

 

– En ce qui concerne Dolby Jean-Pierre a déjà parlé à Francis Perréard et a transmis qu’il était hors de question d’organiser un tel atelier sans avoir un soutien logistique de la part de Dolby. Francis a répondu qu’il allait voir s’il était possible de dégager un budget (il pensait notamment au Dt marketing de Dolby). Jean-Pierre est chargé de gérer ce « partenariat ».

 

– En ce qui concerne l’Afsi, Raphael Sohier a en charge l’organisation d’un atelier Atmos dédié plus particulièrement au montage son. Jean-Pierre lui a dit que, dès que nous serions en mesure de le faire, nous leur soumettrions notre projet afin de savoir s’il était conciliable avec le leur. Jean-Pierre va se charger de communiquer le projet de notre atelier à Raphael.

 

– Il a été décidé (et nous l’en remercions) avec Christinel que le 1° atelier se déroulerait courant Février 2016 (un week-end) au sein de Creative Sound qui a évidemment l’avantage de disposer de toute la chaîne Atmos.

 

– Enfin Corvo et Léonard se portent volontaires pour plancher sur la logistique de l’atelier (il serait bien qu’une ou un des absents leur donne un coup de main). Et un trio composé de Matthieu Dellaporta, Charles Bussienne et Maxence Dusserre sera en charge de mettre au point une session de démo (Ambiances, fx, musiques) et des extraits DCP.

 

Fin de la séance.

Actualités
5 novembre 2015

Un cri d’alarme lancé par Serge Arthus


SIMO / SPS / GLPIPA / PSB / EUROSTUDIO / STUDIO CARNOT / TELETOTA / POST MODERN / DOVIDIS / AUDITEL / DURAN / VDM / SIS / AUDIS DE JOINVILLE / AUDIS DE BOULOGNE / DIGISON ……

JACKSON / DIGIMAGE

Voici une belle liste d’auditorium, autant de magnifiques noms de studios où ont été montés et mixés de très nombreux films non moins prestigieux.
Quelques uns ont changé de nom, mais vous pensez bien que ce n’était pas par plaisir mais bien parce qu’il le fallait afin de consolider la reprise. Des techniciens, des personnes qui ne sont pas des banquiers mais des amoureux du métier, ont voulu préserver des outils indispensables pour la postproduction sonore des œuvres cinématographiques. Des « fous furieux », comme souvent ils ont été appelés, qui se sont personnellement et lourdement endettés afin de continuer de nous offrir des structures dignes de tous ces noms mythiques. Tous ces noms que l’on peut citer comme on le ferait lors d’un appel aux morts durant une commémoration. Tout ça pour ça ….. Pourquoi ? N’ayons pas peur des mots car ils sont bien le reflet de cette hécatombe. C’est l’économie dans tous les sens du terme, mais entendez bien par là une économie moderne, le « LOW COST » ……. Et bien oui, ce qui tue toutes nos structures audiovisuelles c’est bien la guerre des prix due aux crédits d’impôts des pays adjacents qui poussent tous les studios a pratiquer des prix de plus en plus bas afin de pouvoir juste travailler un peu et subvenir au moins aux salaires du personnel. Il est facile alors d’aller de studio en studio avec le devis du concurrent en poche afin de décrocher un tarif encore plus bas, et ainsi de porte en porte faire descendre les prix en dessous du seuil de rentabilité. Le « LOW COST » le « COÛT BAS » devient maintenant le « COUP BAS » et guide nos studios sur une pente fatale.
Posez-vous la question : Est-ce que vous travailleriez encore si l’on vous payait quatre fois moins cher ? Je pense que non, que vous préféreriez être au chômage plutôt que de travailler à ces conditions ….. Malheureusement, il n’y a pas de chômage pour les studios, quand ils ne travaillent pas, il n’y a pas d’ASSEDIC ou de subvention pour palier aux manques à gagner.
Le coût d’un studio c’est : les salaires, les charges, les crédits et leasing en cours, le loyer, la provision pour le matériel dont l’obsolescence est de plus en plus précoce, la provision pour les périodes creuses…. Comme pour les hôtels de la riviera, il y a une haute et une basse saison, le tarif plein vient couvrir le tarif creux…. Pour les studios il n’y a que 4 mois pleins, novembre, décembre et mars, avril, le reste de l’année c’est 30 % de remplissage. Malheureusement tout le monde veux travailler à la période pleine, avec tout le confort et sans argent. Essayez donc d’aller en vacances en pleine saison sur la côte d’Azur dans un hôtel avec un budget d’arrière saison, c’est camping assuré et pas en 4 étoiles, et c’est là que vient se placer le « LOW COST » avec le strict essentiel.
Les banques servent à financer un projet, les studios servent à le concrétiser, mais pas l’inverse.
Si chacun fait son travail et respecte les règles et usages, nous n’aurons pas besoin d’aller chercher les prestataires de services à l’étranger pour la postproduction française, nos structures seront toujours là pour nous. Sinon …… Welcome to Another Country.
Préservons ce qui fait encore partie de notre patrimoine culturel et restons solidaires avec celles et ceux qui prennent des risques importants pour garder nos outils de travail et de passion.

Serge ARTHUS

Continue reading Un cri d’alarme lancé par Serge Arthus