mai 2017
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
1 mai 2017 2 mai 2017 3 mai 2017

Catégorie: Syndicats14:30: CMP de la Production cinématographique

14:30: CMP de la Production cinématographique
4 mai 2017 5 mai 2017 6 mai 2017 7 mai 2017
8 mai 2017 9 mai 2017 10 mai 2017 11 mai 2017 12 mai 2017 13 mai 2017 14 mai 2017
15 mai 2017 16 mai 2017 17 mai 2017 18 mai 2017 19 mai 2017 20 mai 2017 21 mai 2017
22 mai 2017 23 mai 2017 24 mai 2017 25 mai 2017 26 mai 2017 27 mai 2017 28 mai 2017
29 mai 2017 30 mai 2017 31 mai 2017 1 juin 2017 2 juin 2017 3 juin 2017 4 juin 2017

Connexion

Actualités
6 mai 2016

Projet d’accord sur l’indemnisation du chômage dans les branches du spectacle

Après seize réunions officielles et dix heures de négociations dans la nuit de mercredi 27 à jeudi 28 avril, un projet d’accord professionnel relatif à l’indemnisation du chômage dans les branches du spectacle a été trouvé. En voici le texte.

La CGT, FO, CFTC et CFE-CGC, qui représentent les salariés, ont signé le texte dès jeudi, tandis que la CFDT ne l’a fait que le lundi 2 mai.  Seule organisation patronale représentée, la Fesac a elle aussi signé le projet jeudi, et s’est félicitée hier que « les organisations signataires [aient] su trouver les concessions réciproques nécessaires à la conclusion d’un accord équilibré ».

Cependant, deux prochaines étapes décisives sont attendues. Tout d’abord, un comité d’experts indépendants doit chiffrer et évaluer l’impact financier du projet d’accord. Nommé par décret le 9 février, il est présidé par l’économiste Jean-Paul Guillot, lui-même entouré de l’inspecteur général des affaires sociales Philippe Barbezieux, du magistrat honoraire à la Cour des comptes, André Gauron, et du sociologue Mathieu Grégoire, auteur de plusieurs ouvrages sur le régime spécifique des intermittents. Des représentants de l’Unédic, des ministères de la Culture et du Travail, et de Pôle Emploi, sont également présents. Ce comité devra décider si l’accord est compatible avec le document de cadrage élaboré par le Medef dans lequel les exigences d’économies préconisées s’élèvent jusqu’à 185 millions d’euros

Il devra ensuite être examiné par les partenaires sociaux (au niveau interprofessionnel cette fois) qui négocient la convention chômage, et dont le Medef fait partie. Reste donc à savoir si le texte, qui s’affranchit légèrement des exigences de l’organisation patronale, sera définitivement validé lors de cette dernière étape.

 

Tiré de l’article de Sophie Rahal paru dans  Télérama le 03/05/2016.

Envoyer un commentaire

uvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>