janvier 2017
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
26 décembre 2016 27 décembre 2016 28 décembre 2016 29 décembre 2016 30 décembre 2016 31 décembre 2016 1 janvier 2017
2 janvier 2017 3 janvier 2017 4 janvier 2017 5 janvier 2017

Catégorie: Associations19:00: Rencontre avec la SRF

19:00: Rencontre avec la SRF
6 janvier 2017 7 janvier 2017 8 janvier 2017
9 janvier 2017 10 janvier 2017 11 janvier 2017 12 janvier 2017 13 janvier 2017 14 janvier 2017 15 janvier 2017
16 janvier 2017 17 janvier 2017 18 janvier 2017 19 janvier 2017 20 janvier 2017

Catégorie: Syndicats10:00: Groupe de travail sur avenants CC

10:00: Groupe de travail sur avenants CC
21 janvier 2017 22 janvier 2017
23 janvier 2017

Catégorie: Syndicats15:00: CMP Cinéma

15:00: CMP Cinéma
24 janvier 2017 25 janvier 2017 26 janvier 2017 27 janvier 2017 28 janvier 2017 29 janvier 2017
30 janvier 2017 31 janvier 2017 1 février 2017 2 février 2017 3 février 2017 4 février 2017 5 février 2017

Connexion

Actualités
24 novembre 2016

La lettre ouverte à Frédérique Bredin rapportée dans Le Film Français du 18 novembre 2016

LES ARTISANS DE LA POSTPRODUCTION PRENNENT LA PAROLE


filmfrancais20161124

« L’Association des mixeurs (ADM), l’Association française du son à l’image (Afsi) et l’Association des artistes bruiteurs (Adab) ont envoyé le 14 novembre un courrier commun à Frédérique Bredin, présidente du CNC, afin de lui faire part de leur inquiétude.

Les monteurs son, les bruiteurs et les mixeurs cinéma alertent la présidente du CNC sur la situation de leurs professions, qui subissent de plein fouet les ravages de la délocalisation, au moment où se décide une réforme de l’Agrément dont ils se sentent par ailleurs exclus. “Cela fait maintenant une dizaine d’années que la postproduction sonore des films français est touchée de plein fouet par les délocalisations, car non protégée face à une logique exclusivement financière,’’ écrivent-ils, ‘’ Vous devez savoir que ces délocalisations ont un coût social, humain et artistique exorbitant.”
“En France, nos emplois ne sont absolument pas protégés contre ces délocalisations (37% de la production française au premier semestre 2015), puisqu’aucun point ne leur a été octroyé dans l’actuel barème de l’agrément […] C’est tout le secteur de la postproduction sonore qui refuse d’être laissé-pour-compte. […] Nous voulons que nos emplois soient régis à l’échelle européenne par des règles de concurrence professionnelle équitables. À ce titre, nous demandons que nos postes soient intégrés dans la liste des collaborateurs de création et que des points leur soient systématiquement attribués.”

Jean-Philippe Guerand

 

Envoyer un commentaire

uvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>